Quand le sirtaki donne la nausée

11 Nov

Les spécialistes des entrechats le savent déjà : les valses sont des danses régulières alors que dans le sirtaki, le rythme s’accélère.

Les Grecs maîtrisent cette pratique à merveille. Normal, c’est une tradition de leur pays. Mais ces derniers mois, ils ont comme perdu pied.

De restrictions budgétaires en suppression d’allocations, de réduction de salaires en coupes à répétition, les Athéniens ont attrapé le  tournis pendant que leurs partenaires européens étaient pris de nausées.

De plan en plan,  l’affection a progressé. Pas à pas.

Point d’ire des Dieux antiques à l’origine du malaise, mais une agitation un peu trop effrénée des chefs bruxellois.

A trop agiter la baguette, le rythme s’est emballé. Emportés par leur élan, les danseurs ont fait valser les maestro. En trois temps et deux mouvements…

Antio Georges Papandréou, Arrivederci Silvio Berlusconi, Adeus José Socrates, Good Bye Gordon-Brown, Bye-Bye Brian Cowen, Adeus José Socrates, Adiós José Luis Zapatero, Viszontlátásra Gordon Bajnai, Hej hej Lars Lokke Rasmussen, Do videnia Robert Fico.

La tournée des adieux n’est peut-être pas finie car une fois le sirtaki parti, il peut passer par là.

Et pour ceux mènent la danse, point de salut !

M.T.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :